Tout savoir sur les draisiennes électriques

0
116

Vous trouverez le meilleur de ce genre de petit vélo, appelé draisienne électrique, sur le web. Mais pour en connaître l’étonnante origine, nous nous devons de remonter le temps jusqu’en 1817…

Le baron Drais fait des siennes

Ancêtre du vélo, la draisienne fut inventée en Allemagne en 1817 par le baron Karl Von Drais, d’où le nom de cet appareil « Draisienne », tiré du nom de famille de son concepteur. À l’époque on l’appelait également vélocipède, comme tous les engins à roues propulsés par le corps humain. L’idée était de trouver un substitut au cheval qui aurait tous les avantages sans en avoir les inconvénients. L’intérêt était de faire avancer une personne, à une bonne vitesse, sans se fatiguer. Ses premiers tests furent encourageants : 14.4 km en 1 heure, une belle prouesse pour l’époque. En 1818 elle apparaît en France et obtient aussitôt un réel succès auprès des classes de populations aisées. Le succès était notamment dû aux courses organisées en Allemagne, en Angleterre et en France. Constituée d’un cadre en bois, la machine pesait tout de même un certain poids, et elle finit par décourager ceux qui n’avaient pas le gabarit suffisant pour manipuler ses 40 kg. Elle s’éclipsa au début des années 1830 et il fallut attendre 1860 ans pour que les premières bicyclettes à pédales fassent leur apparition.

 

Back to the Future 1990

Vers la fin des années 90, la draisienne ressuscita dans son pays d’origine, l’Allemagne, et était destinée aux jeunes enfants (à partir de 2 ans) afin d’obtenir équilibre et motricité avant de se lancer par la suite sur les vélos à pédales, sans aucune difficulté.

 

Le modèle adulte, pour les grands enfants

À force d’être suivi du regard par les passants de la rue, l’adulte peut discerner une sorte de gêne, d’embarras, et aussi se sentir habité d’une étrange sensation, celle d’être retombé en enfance. Chevaucher ce drôle d’engin peut tout de même se révéler un moyen efficace, pour rejoindre votre lieu de travail, à moins que celui-ci ne se trouve trop loin de chez vous.

 

La Draisienne branchée
Après le sportif des villes, voici le promeneur débonnaire. Certaines mauvaises langues disent que l’invention de Karl Von Drais est à l’image d’un fauteuil électrique boosté qui peine à suivre une trottinette de moyenne puissance. De toute manière, l’engin n’a pas été conçu pour la performance mais pour la conduite tranquille en balade le week-end et durant les vacances, ou pour votre travail. Facile à manier, il se joue des embouteillages, et le système pliable vous permet de l’emmener dans les transports en commun sans soucis. Si vous comptez l’utiliser souvent comme transport, n’hésitez pas à investir dans le haut de gamme, ce qui peut vous mener à des sommes qui frôlent les 1500 €. Pour ce qui est de l’utilisation occasionnelle, les premiers prix, qui tournent autour de 200 €, peuvent faire l’affaire. Pour un bon modèle, solide, d’un confort suffisant et esthétiquement agréable, 400 € devraient suffire à trouver le spécimen qui fera votre bonheur. Pour stationner dans la rue, une béquille équipe la plupart des modèles.

 

Deux marques qui ont la cote qui monte

Moovway : De fabrication française, la plus recherchée des draisiennes chez les internautes (prix autour de 350 à 400 €), la Moovway pliable génère une puissance de 350 W. Elle affiche un design à la fois très sport tout en restant élégante, sans oublier ses petites roues qui lui ajoutent un charme évident. Elle est munie d’un éclairage avant/arrière, indispensable pour voir et surtout être vue. Les freins à disques jouent leur jeu sécuritaire à la perfection, et la selle ne manque pas de confort, sur des parcours raisonnables. Deux choses pratiques, elle possède un garde-boue et accepte un poids maximum de 120 kilos… Bref ! Avec sa capacité en distance de 15 km, et sa vitesse maximale de 20 km/h, la Moovway donne envie de faire la moitié du tour de la capitale, qui fait environ 35 km.

Windgoo : La Windgoo City E-Bike de 350 W, pour employer cette vieille expression et reprendre sa signification anglo-saxonne, est la marque dans le vent. Sur le marché des Draisiennes pliantes pour adultes, elle semble être le modèle avec le meilleur rapport qualité/prix (entre 350 et 400 €). Très maniable, légère malgré un cadre en fer, elle est aussi mobile qu’un mini-scooter. Son double freinage à disque est nécessaire quand on sait qu’elle peut atteindre les 25 km/h, et vous emmener jusqu’à 15 km grâce à une puissante batterie 4.4 !

Avatar
L'équipe d'123automoto vous souhaite une visite sur les chapeaux de roues entre les pages de ce site, dédié à toute l'actualité concernant les véhicules, la route et leurs innovations de A à Z et de 1 à l'infini !