Comment homologuer une trottinette électrique ?

0
803

Les Français sont de plus en plus nombreux à utiliser une trottinette électrique pour leurs déplacements au quotidien. Ce moyen de transport révolutionnaire a changé les vieilles habitudes comme le fait de se déplacer à pied ou à vélo. Cependant, il est important de faire le point sur les règles à respecter avant de l’utiliser.

Assurer une trottinette électrique roulant au-delà de 25 km/h

Tout d’abord, il est important de noter qu’une trottinette électrique dépassant les 25 km/h doit être obligatoirement assurée, au minimum au tiers. Concrètement, cela signifie que l’assurance doit couvrir le propriétaire au titre de la défense et de la responsabilité civile. Pour cette dernière garantie, elle couvre tous les dommages corporels et matériels causés par le conducteur à une tierce personne. Toutefois, toutes les compagnies d’assurances ne couvrent pas ce type d’engin. C’est pourquoi il est plus prudent de solliciter plusieurs prestataires afin de trouver le contrat le plus adapté à chaque cas.

Aussi, il faut prendre le temps de vérifier les clauses du contrat avant de signer quoi que ce soit. Des assureurs proposent toutefois des extensions de contrat auto/moto, ce qui permet de déclarer la NVEI, mais l’individu doit bien consulter les démarches à effectuer avant de se lancer. L’idéal serait de souscrire une assurance spécifique pour éviter les mauvaises surprises. Les trottinettes roulant à plus de 25 km/h doivent également être déclarées auprès du Ministère de l’Intérieur. Cette étape permet au concerné d’obtenir un numéro d’identification unique qui sera gravé sur une partie immobile de la machine.

Connaître les conditions d’usage de ce type d’appareil

Actuellement, l’usage de la trottinette n’est plus indiqué sur le trottoir, quelle que soit la vitesse. Quelques lignes des articles du Code de la route stipulent également qu’il est formellement interdit d’utiliser la trottinette à moteur sur la route, si celle-ci n’est pas homologuée. La bonne nouvelle, c’est que l’usager peut rouler sur des pistes cyclables confortables. Certains modèles homologués roulant à plus de 6 km/h et disposant d’un siège sont autorisés à rouler uniquement sur la chaussée. Le conducteur doit faire attention à bien respecter le Code de la route des automobilistes.

Récemment, les Engins de Déplacement Personnel Motorisé ou EDPM peuvent circuler sur les voies de circulation limitées à 50km/h, si le parcours emprunté ne dispose pas de pistes cyclables. Cependant, si l’individu ne respecte pas cette règle, il sera passible d’une amende de plus de 125 euros forfaitaire. Afin de pouvoir rouler sur les routes, il est préconisé de choisir une trottinette homologuée dépassant les 25 km/h. En savoir plus sur https://www.gtestepourvous.fr/mobilite-electrique/comparatif-trottinette-electrique. Il ne faut pas hésiter à consulter la vitesse maximale possible et lire les avis des autres utilisateurs pour avoir un aperçu plus clair sur le terrain. Pour se déplacer facilement, l’individu doit prévoir un poids d’au moins 10 kg pour l’engin.

Avatar
L'équipe d'123automoto vous souhaite une visite sur les chapeaux de roues entre les pages de ce site, dédié à toute l'actualité concernant les véhicules, la route et leurs innovations de A à Z et de 1 à l'infini !