Véhicule électrique : économe, mais pas encore assez pratique

0
116

Même si tout semble indiquer qu’il présente de nombreux avantages, le débat reste ouvert sur le véhicule électrique. Sa perspective d’économe impressionne certes. Mais du point de vue pratique que présente l’état des lieux de la voiture électrique ?

Des atouts économiques séduisants

L’apparition depuis quelques années de ce type d’automobile traduit sans aucun doute l’évolution spectaculaire de la technologie. Au-delà de l’impact écologique mis en avant, ce modèle de voiture offre une diversité de privilèges économiques.

D’abord, vous pouvez profiter d’une subvention de l’État qui met à la disposition des consommateurs qui souhaitent s’acquérir un véhicule électrique une prime comprise entre 6 300 et 10 000 €.

Ensuite, les dépenses relatives à cette berline demeurent considérablement moindres par rapport aux consommations de la voiture à essence (2 € en électricité pour 100 km contre 8,5 € en diesel). De plus, elle exempte son propriétaire de la corvée de vidange ou de changement de filtres.

Enfin, ce modèle de matériel roulant vous permet de bénéficier d’une remise, voire de la gratuité, sur les frais d’établissement de la carte grise. Il vous suffira pour cela de vous adresser à la préfecture.

De l’aisance à rouler le véhicule électrique

Grâce à son moteur inaudible, cette automobile passionne les amateurs de l’innovation technologique. Un démarrage au quart de tour, une fiabilité en milieu urbain, une absence de nuisance sonore. Voilà autant d’atouts qui la rendent unique.

Par ailleurs, selon les modèles, ces types de voitures restent confortables et discrètes : pas de fumée ni d’émission de gaz à effet de serre.

voiture-electrique-bmw-i3

Des faiblesses qui entachent son aspect pratique

Au regard des nombreux avantages qu’ils offrent aux conducteurs, cela paraît légitime de se questionner sur leur faible propagation. En effet, quelques problèmes paralysent l’essor du véhicule électrique. Du coup, tous les indicateurs ne s’affichent pas encore au vert.

Il s’agit essentiellement de :

  • L’autonomie : de façon pratique, la plupart de ces voitures ne dépassent pas les 200 km en termes de distance
  • La non-disponibilité des bornes de recharge dans certaines régions de la France
  • Le risque de surchauffe : si la recharge de votre automobile chez vous reste la meilleure option, il convient de prendre des précautions, comme celle de s’équiper d’un système sécurisé
  • Un temps de charge trop long : il faut compter en moyenne 9 heures pour charger à plein un véhicule électrique. Cela va de soi qu’en cas d’urgence, il ne constitue pas la solution tout indiquée.
  • Le coût de la batterie : rarement livrée avec la voiture lors de l’achat, elle doit se louer. Son coût varie entre 40 et 80 € le mois.

Une inadéquation avec le comportement des automobilistes

Un autre facteur qui freine le « rouler électrique » reste la non-prise en compte de la dispersion du comportement des conducteurs. En effet, selon André Broto, Directeur général adjoint de Cofiroute, près de 80 % des ménages aiment se promener dans les grandes agglomérations en voiture.

Il ajoutera que lorsque ces derniers manquent de temps, ils empruntent l’autoroute. Quand ils en disposent pleinement, ils se cantonnent à la route et se plaisent à effectuer une course par ci et là.

Cette dispersion, que certains jugent pourtant logique, expliquant qu’on ne peut pas toujours prévoir toutes les courses à effectuer en ville, semble incompatible avec le véhicule électrique.

Car gérer un imprévu pourrait très bien se solder par un affaiblissement de la batterie. Imaginez la suite lorsque vous vous retrouvez dans une zone où il n’existe pas de borne de recharge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here