Quoi de neuf pour l’automobile en 2019 ?

0
3

Focus sur les nouveautés que les automobilistes vont rencontrer sur l’année 2019. En passant du contrôle technique à l’assurance ou encore au permis de conduire, de nombreuses choses vont changer.

Contrôle technique

Le renforcement du contrôle technique est repoussé au 1er juillet 2019. La vérification de l’opacité des fumées pour les véhicules diesel sera plus stricte. Ce test a pour but de limiter les particules fines qui affectent l’atmosphère. Ce recul de 6 mois permettra de mettre en place une communication adaptée pour sensibiliser les automobilistes à la pollution. En mai 2018, le contrôle technique avait déjà été modifié. En moyenne le contrôle technique a augmenté de 10 €, il se positionnait aux alentours des 70 €.

Moins de 1 % des diesels étaient recalés par le contrôle technique. Si par exemple vous devez changer des pièces autos à la suite de votre contrôle technique, comme une batterie de voiture, la société France Casse vous propose des pièces d’occasion en vous mettant en relation avec des casses autos.

Assurance véhicule

En ce début d’année 2019, les forces de police posséderont un nouvel outil lors des contrôles des automobilistes. En effet, il sera possible instantanément aux forces de l’ordre d’obtenir plusieurs informations sur le véhicule qui se fait contrôler. Le FVA (fichier des véhicules assurés) permettra surtout de détecter les automobilistes qui n’ont pas de voitures assurées. Ce fichier permettra de voir :

  • l’immatriculation du véhicule ;
  • le nom de l’assureur ;
  • le numéro du contrôle avec sa période de validité.

Conduire sans assurance est puni d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 750 euros. Dans des cas extrêmes, il peut y avoir une suspension voire une annulation du permis de conduire.

Malus écologique

La taxe appliquée aux véhicules neufs incite les conducteurs à acheter des véhicules moins polluants. Lors d’une première immatriculation, si un véhicule émet 117 g CO2 / km, il sera taxé de 35 euros (la limite était de 120g CO2/km précédemment). Le montant maximum de ce malus ne change pas, il reste sur 10 500 euros pour les voitures rejetant 191 g CO2/km.

Bonus écologique / aide à la conversion

Pour rappel, cette aide de l’état permet de sensibiliser les automobilistes à prendre des voitures dites moins polluantes. Cette aide est attribuée à toutes les voitures dont c’est la première immatriculation, ou si la première immatriculation a eu lieu dans les deux années précédentes. La prime peut monter jusqu’à 6 000 euros pour une voiture qui émet moins de 20g CO2/km. Depuis le 1er janvier 2019, la prime est doublée pour 20 % des ménages les plus modestes qui réalisent au moins 60 km /jour pour se déplacer sur leur lieu de travail.

Pour y voir plus clair :

  • si vous achetez un véhicule électrique d’occasion, ou un véhicule thermique neuf ou d’occasion qui bénéficie d’une vignette Crit’air 1 ou 2 (dont les émissions sont inférieures à 130 g/km) et que vous n’êtes pas imposable, vous pourrez bénéficier d’une prime de 2 000 euros ;
  • si vous achetez un véhicule neuf, vous pourrez bénéficier d’une prime de 2 500 euros sans aucune condition de revenu ;
  • si vous achetez un deux ou trois roues électriques neuf, vous bénéficierez de 100 euros pour un foyer imposable et 1100 euros pour un foyer non imposable.

L’aide à la conversion pour un changement de véhicule n’est pas la même selon que votre ménage est imposable ou non.

Pour les ménages imposables, les véhicules acceptés sont ceux qui ont été immatriculés avant 2001 et qui roulent au diesel.

Pour les ménages non imposables, les véhicules qui rentrent en ligne de compte sont ceux datant d’avant 2006.

Pour les deux catégories d’imposition, les véhicules essence peuvent bénéficier de l’aide à la conversion si ceux-ci ont été immatriculés avant 1997.

Pour voir votre éligibilité à la prime à la conversion, vous pouvez faire le test sur https://www.primealaconversion.gouv.fr/dboneco/accueil/

Permis de conduire

Si vous passez votre permis en 2019, vous aurez la possibilité de réduire la durée de la période probatoire (période pendant laquelle vous n’avez pas encore vos douze points) grâce à une formation complémentaire de 7 heures. Pour celles et ceux qui la suivront, la période probatoire passera de trois à deux ans pour ceux n’ayant pas bénéficié de la conduite accompagnée. Pour les autres, cette période passera de deux ans à un an et demi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here