État des lieux de la sécurité routière en Europe

0
21

En Europe, après les incidents de la vie courante et les suicides, l’accident de circulation s’affiche en troisième position des causes de mortalité violente. En raison de cette remarque, on devrait beaucoup accorder une attention particulière à la sécurité routière. Où en est-on sur le vieux continent ?

L’accidentologie

Les statistiques prouvent que les accidents de circulation constituent les premières causes de mortalité dans la tranche d’âge comprise en 15 et 30 ans. Ce constat explique que la couche juvénile s’expose beaucoup plus à des risques de décès sur la route. On ne cesse d’enregistrer sur le continent des cas de morts, de blessés ou même d’hospitalisés rien que par les mésaventures routières.

Les résultats présentent des contrastes d’un pays à un autre. Même si les niveaux de motorisation et de vie se rapprochent, les géographies physiques influent sur les bilans obtenus des cas d’accidents de circulation.

La sécurité routière est partout remise en cause. Selon les évaluations du prix de la vie humaine qui se chiffre à un million d’euros, vous pourrez facilement déduire dans chaque nation le coût des dommages matériels subis. Figurez-vous que sur la base des statistiques, la France peut perdre aujourd’hui plus de 25,4 millions d’euros par an.

Autrement dit, l’insécurité constatée dans la circulation reste non seulement un problème de santé publique, mais aussi de société.

securite-routiere

Voici quelques statistiques du continent

On distingue ici les pays en Europe qui obtiennent les meilleurs résultats sur la sécurité routière. Ils sont inscrits en millions d’habitants. Ce sont :

  • La Suède : 28
  • Le Royaume-Uni : 31
  • Les Pays-Bas : 32
  • La Suisse : 40,5
  • L’Allemagne : 45
  • Le Danemark : 46.

En ce qui concerne la France, elle a amélioré sa situation pendant ces dernières années avec 64 tués par million d’habitants. On avance à petit feu vers la sécurité routière même si le problème persiste encore.

Les nations qui présentent les plus mauvais résultats sont entre autres la Grèce et la Roumanie avec 111 par millions, et la Pologne 102 par millions.

Les facteurs qui déclenchent les accidents de route

Le prix du carburant peut constituer parfois une cause des accidents de circulation. À des occasions données, les États pensent qu’augmenter les frais sur l’essence pourrait réduire le nombre de véhicules sur la voie.

C’est bien une possibilité. Cependant, la remarque montre que pendant une telle hausse, le nombre de kilomètres parcouru par les voitures s’accroissent ainsi que la vitesse entraînant des dommages. Cette stratégie met donc en péril la sécurité routière.

On doit considérer la répartition du trafic et les tronçons présentant beaucoup plus de danger. Alors, maîtriser les voies qui sont susceptibles d’occasionner plus de dégâts réduira convenablement le fort taux d’accident. On constate parfois que l’effet nocturne et météo peut compter comme facteur déterminant des imprévus de circulations. Plein d’autres raisons existent encore !

Les dispositions et des propositions existent

Le système de circulation regroupe un ensemble d’usagers, motorisé ou non, qui se déplace sur des tronçons. Ces mouvements sont régis par des codes de la route. Chacun est supposé réguler ses allées et venues et sa conduite en fonction des lois en vigueur. Ainsi donc, la sécurité routière ne se présentera plus comme une préoccupation du siècle !

Le constat est alarmant en ce qui concerne le cas des jeunes. Cependant, des propositions ne manquent pas. Il faut promouvoir des modes de déplacements alternatifs, faire évoluer les formations pour favoriser la maîtrise des risques sur la voie et la conscience.

C’est important de développer la conduite accompagnée et de renforcer la connaissance et la performance des moniteurs. Étendre également le savoir des jeunes au-delà de leur permis de conduire. Ne pas négliger les problèmes des conducteurs addictifs.

Un respect plus strict des normes améliorera à coup sûr la sécurité sur les routes et éviter les sanctions.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here