L’impact de la formule 1 sur l’environnement

0
59

Il y a tout lieu de penser que la formule 1, célèbre voiture de course sur circuit, a encore de beaux jours devant elle. On envisage d’ailleurs des innovations dans ses systèmes : des innovations parfois étonnantes, mais toujours drôles. Par exemple, pourquoi les pilotes ne changeraient-ils pas leurs pneus eux-mêmes ?

Ou encore, pourquoi les pilotes n’auraient-ils pas la possibilité de tweeter pendant la course ? Bien sûr, c’est une blague ! Une course reste une course. Mais pour parler plus sérieusement, les courses de formule 1 sont réputées pour le taux de pollution élevé qu’elles génèrent. Explications.

La formule 1, un vilain petit canard ?

Dès qu’on pense à un Grand Prix de F1, on pense pollution. À tort ou à raison ? Ces voitures de course, considérées comme l’élite des automobiles sportives et des courses automobiles tous genres confondus, forment depuis les années 50 l’escadrille technologique la plus attendue, la plus observée et la plus commentée du domaine. Une chose est certaine : elles polluent beaucoup.

Un Grand Prix, c’est une vingtaine de ces bolides qui crachent une quantité féroce de CO², le tout dans un fracas motorisé digne des pires Enfers. La FOTA a comptabilisé quelques 9900 tonnes de dioxyde de carbone recraché par course. En comparaison, un avion qui voudrait recracher une telle quantité de CO² devrait effectuer 4000 fois un aller-retour Paris-Madrid, ou au moins 10 fois un aller-retour Paris-New-York.

Quand on pense que quelques 918 courses ont été disputées depuis 1950, dans le seul cadre d’un Grand Prix (on ne comptabilise donc pas les multiples courses et essais) on dresse vite le constat de l’impact que la pratique de la course en formule 1 peut avoir sur l’environnement.

Cependant, malgré une consommation de 75l de carburant par 100km, la formule 1 mérite-t-elle vraiment d’être considéré comme le sport le plus polluant au monde.

Regardez par exemple, cet article sur le Tour de France explique bien que parfois, la pollution de masse se trouve là où on ne s’y attend pas ; entre voitures suiveuses et millions de supporters qui se déplacent, en voiture, jusque sur des routes de montagne où, inévitablement, des quantités faramineuses de déchets seront produites…

Ferrari Formula One driver Alonso of Spain drives during the Australian F1 Grand Prix in Melbourne

Des efforts significatifs de la part des constructeurs

La volonté de la part des organisateurs des Grands Prix de réduire l’empreinte carbone de la formule 1, mais aussi celle due au déplacement des écuries, de tout le matériel, et de toutes les équipes techniques entre chaque course (dont l’emplacement change à chaque fois), a conduit à une nette amélioration dans la capacité des moteurs à limiter leur pollution.

C’est notamment la mise en place d’un Calculateur Carbone par la FFSA (voir ici) qui a permis dès les années 2012 et 2013 de faire baisser de 23000 tonnes le taux de pollution d’une compétition (soit une dizaine de courses, mais le nombre varie d’année en année).

De plus, il a récemment été observé que non seulement les moteurs étaient dotés de filtres intelligents capables de conserver intactes les performances de la formule 1, tout en limitant la pollution atmosphérique ET la pollution sonore (rappelons que les bolides hurlent généralement à un niveau bien supérieur aux quelques 120 décibels constituant le seuil théorique de la douleur.

La formule E, nouvelle venue et F1 du futur ?

Vous n’avez jamais entendu parler de la formule E, ou FE ? C’est comme la formule 1, mais en version électrique. Son premier Grand Prix a même eu lieu à Pékin en 2014. En 2016, il a eu lieu à Paris ! On a pu voir des bolides entièrement électriques foncer à 200km/h dans les rues de la capitale.

la formule 1 2

Le circuit avait été asphalté en conséquence, qui n’avait d’ailleurs pas plu à tout le monde : le goudronnage du quartier des Invalides, par exemple, a été vécu par certains comme un véritable désastre écologique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here